« Tu as des critères pour tes modèles ? »

Et bien la voila la question… 

En fait j’ai apprécié qu’elle vienne me la poser, je ne lui avais pas réellement fait face encore, du moins je n’avais jamais pris le temps d’y réfléchir honnêtement. Comme je photographie du nu et dénudé, j’ai pris la question dans ce contexte.

La réponse est oui.

Par contre ces critères ne sont pas réellement tangibles et il y a trois grands axes. 

Le premier, très important pour moi, et surtout pour des nus, c’est la relation que j’ai avec le modèle. Je pense que je suis avant tout un technicien. Je commence tout juste à maitriser les parties techniques d’une prise de vue en studio, dans le sens où je commence à être capable de réaliser ce que j’ai en tête, je ne subi plus le résultat. Pour la créativité j’ai encore beaucoup à progresser. Et c’est sur ce deuxième aspect que j’ai besoin d’une complicité, une collaboration avec le modèle, qu’il participe activement , que l’on construise quelque chose ensemble. J’avais déjà essayé de l’expliquer par le passé avec un autre article (). Il n’y a rien de plus terrible pour moi qu’un modèle qui arrive et me dit « dit moi ce que je dois faire ». Certains photographes n’apprécient pas, voire refusent, de travailler plusieurs fois avec la même personne, moi c’est l’inverse. J’aime bien établir une relation de création sur la durée, sur mon fil de photographies ce sont souvent les mêmes personnes qui reviennent et nous faisons évoluer nos photographies ensemble. Je sélectionne déjà principalement là dessus, parce que je sais que si il n’y a pas une relation équilibrée on ne sortira rien de bon. Donc mon premier critère est d’être sur la même longueur d’onde, que l’on ait le même but créatif.

Le deuxième, et c’était probablement le but initial de la question, est lié à l’esthétique. Mais là c’est encore plus complexe, je n’ai pas de critères particuliers autre que celui de faire quelque chose d’esthétiquement beau et là du coup c’est très subjectif, car je juge avec mes propres filtres. J’aime les hombres, sans elles tout est lisse, sans contraste, sans relief. Bien que ce soit déjà arrivé, je ne propose que rarement de faire un nu, ou alors avec des modèles qui ne font que cela, sinon généralement on me le demande. Les personnes qui me contactent correspondent aux stéréotypes représenté dans le fil de mes photographies. Avoir un fil avec un style très marqué influence fortement la suite, les photographies que je sélectionne pour une publication sur mes comptes orientent les critères vers ce que j’aime produire, techniquement et esthétiquement. 

Enfin, il y a un axe plus éthique. Il est également déformé par mon jugement je pense, mais j’essaie de produire ce genre de photographies qu’avec des personnes que je juge matures socialement. Je ne fais pas de prestations et donc je fais de la photo pour publier, et pour cela je dois collaborer avec des personnes qui peuvent assumer ce type de réalisations. Cette capacité à assumer est souvent en lien avec l’âge.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *